Capture d’écran 2016-06-14 à 23.33.49DEFINITION DE L’OSTEOPATHIE

L’ostéopathie consiste, dans une compréhension globale du patient, à prévenir, diagnostiquer et traiter manuellement les dysfonctions de la mobilité des tissus du corps humain susceptibles d’en altérer l’état de santé.


Pour l’OMS:
 « L’ostéopathie (également dénommée médecine ostéopathique) repose sur l’utilisation du contact manuel pour le diagnostic et le traitement.
capture-decran-2016-11-18-a-15-40-20  Elle prend en compte les relations entre le corps, l’esprit, la raison, la santé et la maladie. Elle place l’accent sur l’intégrité structurelle et fonctionnelle du corps et la tendance intrinsèque de l’organisme à s’auto-guérir.

Les ostéopathes utilisent une grande variété de techniques thérapeutiques manuelles pour améliorer les fonctions physiologiques et/ou soutenir l’homéostasie altérées par des dysfonctions somatiques (les structures du corps), c’est à dire une altération ou une dégradation de la fonction des composantes concernées du système somatique : les structures squelettiques, articulaires, et myofasciales, ainsi que les éléments vasculaires, lymphatiques et neurologiques corrélés.

Les ostéopathes utilisent leur connaissance des relations entre la structure et la fonction pour optimiser les capacités du corps à s’auto-réguler et à s’auto-guérir. Cette approche holistique de la prise en charge du patient est fondée sur le concept que l’être humain constitue une unité fonctionnelle dynamique, dans laquelle toutes les parties sont reliées entre elles. » (définition tirée du référentiel Benchmarks for Training in Osteopathy, publié en 2010).

 

Définition du métier d’ostéopathe

L’ostéopathe, dans une approche systémique, après diagnostic ostéopathique, effectue des mobilisations et des manipulations capture-decran-2016-11-18-a-15-48-18pour la prise en charge des dysfonctions ostéopathiques du corps humain. Ces manipulations et mobilisations ont pour but de prévenir ou de remédier aux dysfonctions en vue de maintenir ou d’améliorer l’état de santé des personnes, à l’exclusion des pathologies organiques qui nécessitent une intervention thérapeutique, médicale, chirurgicale, médicamenteuse ou par agent physique. (Bulletin Officiel Santé – Protection sociale – Solidarité no 2014/11 du 15 décembre 2014)

 

LE CONCEPT OSTEOPATHIQUE

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), « la santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ». L’ostéopathie s’accorde avec cette définition car selon son concept, la santé représente la parfaite adaptation de l’organisme à son environnement. L’attention de l’ostéopathe doit donc se porter tout autant sur l’environnement du patient que sur son organisme à proprement parler, car tant que celui-ci ne retrouvera pas une condition diététique, sanitaire, climatique, sociale… meilleure, il continuera de subir des contraintes qui entretiendront la dégradation de sa santé. Le premier principe de l’ostéopathie est donc la prise en compte des individus dans leur globalité. Globalité environnementale et physique.

  •  L’UNITE DU CORPS

Toutes les parties du corps étant reliées entre elles par l’intermédiaire des tissus organiques qui le composent, le corps constitue une unité fonctionnelle indissociable, ainsi qu’une identité, une spécificité propre à chacun. Dès qu’une structure du corps présente une perturbation dans son fonctionnement, cela retentit sur le fonctionnement de structures situées à distance par le biais de ces corrélations tissulaires.

  • LA STRUCTURE GOUVERNE LA FONCTION

    still

Comme deuxième principe, A.T. Still (fondateur de l’Ostéopathie) a établi que les structures du corps et les fonctions qu’elles doivent remplir sont interdépendantes. (« Toute maladie remonte à quelque désordre mécanique dans la machinerie du corps humain »). Bien qu’encore très proche des références à l’animal machine, cette approche posait la nécessité de rechercher et corriger les irrégularités dans les structures qui composent le corps, pour améliorer ses fonctions. Pour agir sur cette structure, Still utilisa les os car ils sont facilement accessibles sous la peau et qu’ils servent de point d’attache au muscles et aux organes. D’où le terme ostéo/pathie, combinaison des mots grecs osteon –os et pathein – souffrir ; l’utilisation des os pour soigner. (A.T. Still : autobiographie Sully ISBN 2-911074-08-04 page 165). Il faut une intégrité de notre charpente afin de conserver la liberté de mouvement de nos tissus. Dès qu’une structure qui compose le corps humain commence à perdre de la mobilité, la fonction qu’elle est sensée remplir pleinement est perturbée, diminuée, entraînant un trouble fonctionnel (voir explication ci-dessous). Par exemple, une perte de mouvement du colon à l’intérieur du ventre, par rapport aux organes qui l’entourent, peut être à l’origine d’une colopathie fonctionnelle.

  •  LE CORPS POSSEDE SES PROPRES MECANISMES DE REGULATION

Pour que les processus physiologiques de guérison du corps soient efficaces il faut que nos cellules reçoivent tous les éléments dont elles ont besoin pour remplir parfaitement leurs fonctions. Cela a fait dire à Andrew Taylor Still que « la règle de l’artère est suprême » (A.T. Still : autobiographie Sully ISBN 2-911074-08-04 page 128). Les cellules doivent pouvoir se régénérer et se débarrasser de leurs déchets. Pour cela il faut que le sang, la lymphe, en un mot tous les liquides du corps, circulent librement. C’est le mouvement qui facilite l’acheminement des liquides dans les tissus, favorisant par la même le renouvellement du milieu dans lequel baignent nos cellules. Un autre système de régulation important est représenté par le système nerveux, qui est en relation étroite avec la colonne vertébrale. La résultante de ces trois principes permet de favoriser l’équilibre du milieu intérieur ou homéostasie, ce qu’Andrew Taylor Still dénommait, dans un langage du XIX° siècle: l’auto guérison du corps. (Certains mécanismes physiologiques n’avaient pas encore été mis à jour quand Still écrivait ses mots).  Les termes d’ « auto guérison du corps » et  de « remèdes naturels » qu’il employait,  permettaient d’illustrer le propos. Il nous semble important d’indiquer que l’ostéopathie ne prétend pas tout soigner, et que les bons ostéopathes ne réfutent pas l’usage des médicaments.

  •  LA DYSFONCTION SOMATIQUE OSTEOPATHIQUE

La dysfonction somatique ostéopathique est une réaction mécanique et physiologique d’une structure du corps en réponse à une contrainte ou une agression. Cela peut être un traumatisme, des efforts répétés, un trouble de la posture, une maladie, un stress psycho émotionnel ou des facteurs environnementaux (mauvaise alimentation, mauvaise hygiène de vie, pollution…)… Elle s’accompagne d’une restriction de la mobilité de la structure concernée. Par le lien des corrélations tissulaires, cette restriction de mobilité retentira à distance sur une ou plusieurs structures.

  •  LE PHENOMENE D’ADAPTATION/COMPENSATION

En réaction à ce facteur contraignant, le corps organise une réponse qui lui permet de s’adapter à ce nouvel événement. Il essaie de la compenser grâce à diverses stratégies : rééquilibration de sa structure (réaction mécanique en modifiant la tension des muscles ou la mobilité des articulations) et / ou modification de ses fonctions (réaction physiologique au niveau des organes). C’est un phénomène normal qui dans un premier temps est réversible, si le phénomène contraignant cesse ou s’il n’a pas été trop violent. Le corps possédant ses propres mécanismes de régulation, la dysfonction peut se résorber naturellement, sans l’intervention extérieure de l’ostéopathe. La structure incriminée retrouve alors sa pleine fonction et sa totale mobilité.  Les adaptations du corps débutent essentiellement en recrutant les muscles car c’est un schéma d’adaptation très rapide et facilement ajustable. C’est pour cela que vous pouvez être pris d’une grande douleur musculaire très rapidement, sans forcément relier celle-ci à un phénomène particulier. Mais le muscle est un grand consommateur d’énergie. L’organisme cherchera alors à trouver une autre solution qui lui permettra de moins puiser dans ses ressources. Votre corps va en quelques sortes, répartir le travail sur plusieurs régions. Vous vous direz que  « la douleur s’est déplacée ». C’est en fait le même phénomène qui évolue mais la cause est identique. Lorsque ces mécanismes sont insuffisants, qu’ils n’arrivent pas à réguler cette dysfonction, le corps décompense peu à peu, créant un trouble fonctionnel persistant.

  •  LE TROUBLE FONCTIONNEL

Le trouble fonctionnel traduit un dysfonctionnement dans l’organisme. Il peut revêtir de nombreuses formes. Il s’accompagne très souvent d’une douleur mais pas obligatoirement ; la douleur n’étant pas proportionnelle à l’intensité du trouble fonctionnel. Il est souvent indiqué que le trouble fonctionnel est un état intermédiaire entre la parfaite santé et le début de la maladie. La réalité est plus complexe. Tous les troubles fonctionnels n’évoluent pas vers une pathologie organique, fort heureusement. Comme nous l’avons indiqué précédemment, l’organisme est en perpétuelle adaptation à son environnement. Le trouble fonctionnel accompagne cet état instable, cette recherche d’un nouvel équilibre mieux adapté à la situation. Il ne devient pathogène (source de maladie) que s’il perdure, que si l’organisme n’arrive pas à retrouver un nouvel état d’équilibre. C’est en cela que l’action de l’ostéopathe est à la fois curative et préventive. L’ostéopathie permet de réduire les méfaits des troubles fonctionnels, soit en supprimant leur cause, soit en réduisant leur impact dans le temps

LE DIAGNOSTIC OSTEOPATHIQUE

Le diagnostic ostéopathique comprend un diagnostic d’opportunité et un diagnostic fonctionnel:

diagnostic d’opportunité: démarche de l’ostéopathe qui consiste à identifier les symptômes et signes d’alerte justifiant un avis médical préalable à une prise en charge ostéopathique (cf glossaire du Bulletin Officiel Santé – Protection sociale – Solidarité no 2014/11 du 15 décembre 2014).

diagnostic fonctionnel: démarche de l’ostéopathe qui consiste à identifier et hiérarchiser les dysfonctions ostéopathiques ainsi que leurs interactions afin de décider du traitement ostéopathique le mieux adapté à l’amélioration de l’état de santé de la personne. (cf glossaire du Bulletin Officiel Santé – Protection sociale – Solidarité no 2014/11 du 15 décembre 2014).

D’un point de vue pratique: le praticien réalisera une anamnèse (questionnement sur les antécédents médicaux, chirurgicaux, traumatiques, les traitements en cours…) puis il procédera à un examen physique (tant visuel, que palpatoire) mobilisant différentes régions du corps.                                                                           S’il établit au cours de cette phase de diagnostic d’éventuelles pathologies organiques nécessitant en priorité, une intervention médicale ou chirurgicale. Il orientera le patient vers son médecin traitant.

Tout ceci lui permettra de comprendre le trouble fonctionnel et de le relier aux structures en dysfonctionnement. Il pourra ainsi déterminer le traitement le mieux adapté car l’ostéopathie n’est pas l’application de protocoles pré établis.

LE TRAITEMENT OSTEOPATHIQUE 

Selon le glossaire du Bulletin Officiel Santé – Protection sociale – Solidarité no 2014/11 du 15 décembre 2014), le traitement ostéopathique: « c’est l’ensemble des techniques ostéopathies adaptées à la personne en fonction du diagnostic ostéopathique visant à améliorer l’état de santé de la personne ».

  • L’AJUSTEMENT STRUCTUREL

Il concerne toutes les structures musculo-squelettiques, et les enveloppes des muscles ou des organes contenus dans les cavités du corps : crâne, thorax et abdomen. Il consiste en une articulation de la charpente osseuse et une mobilisation des tissus qui enveloppent les muscles et les organes. Il permet de diminuer et rééquilibrer les tensions de ces structures et de  favoriser les échanges des liquides qu’elles contiennent : sang, lymphe, liquide céphalo-rachidien…
Les techniques employées sont les mobilisations et les manipulations. Elles sont toutes les deux effectuées uniquement à l’aide des mains. Elles se différencient par l’amplitude et la vitesse de leur mouvement.        
– La mobilisation se caractérise par un mouvement passif parfois répétitif, de vitesse et d’amplitude variables, appliqué sur une composante du système somatique en état de dysfonction.
La manipulation
est une manœuvre unique, rapide, de faible amplitude, appliquée directement ou indirectement sur une composante du système somatique en état de dysfonction afin d’en restaurer les qualités de mobilité, de viscoélasticité ou de texture. La manipulation porte la composante concernée au-delà de son jeu dynamique constaté lors de l’examen, sans dépasser la limite imposée par son anatomie. Appliquée sur une articulation ou sur un ensemble d’articulations, elle peut s’accompagner d’un bruit de craquement (phénomène de cavitation) qui n’en constitue cependant pas nécessairement un indice et qui est sans valeur pronostique. On parle de techniques à haute vélocité et faible amplitude dans le jargon ostéopathique.

Manipulation et mobilisation ne poursuivant pas le même objectif, c’est au praticien de déterminer quand l’une ou l’autre est le mieux adaptée.
Sur le plan technique, les deux peuvent être réalisées en s’opposant au sens de restriction de mobilité : on parle alors de techniques directes ou en accompagnant le sens du plus grand mouvement : on parle alors de techniques indirectes.
La liste ci-dessous n’est pas exhaustive mais présente néanmoins la quasi totalité des techniques employées :

  • Techniques à haute vélocité et faible amplitude
  • Techniques à faible vélocité et grande amplitude
  • Techniques d’oscillation
  • Techniques de mise en tension tissulaire
  • Techniques d’équilibration des tensions tissulaires
  • Techniques d’énergie musculaire
  • Techniques d’écoute des mouvements involontaires

 

  • L’AJUSTEMENT NUTRITIF

Des substances nutritives mal assimilées par l’organisme ou toxiques provoquent une perturbation de sa physiologie. Sans se substituer aux nutritionnistes, l’ajustement nutritif  ostéopathique consiste à proposer une correction des défauts alimentaires : soit une diminution des aliments à fort pouvoir toxinique, soit une complémentation des apports en cas de carence.

  • L’AJUSTEMENT ENVIRONNEMENTAL

L’hygiène de vie revêt un caractère important en ostéopathie. Si l’hygiène a considérablement progressée depuis l’époque des initiateurs de l’ostéopathie, notre mode de vie moderne offre son cortège de maux, aux rangs desquels le stress occupe une place prépondérante. Des chocs émotionnels, des situations stressantes prolongées ou des conditions écologiques défavorables sont susceptibles de perturber la physiologie de l’organisme. Le trouble fonctionnel qui en découlera n’aura pas alors, une origine uniquement mécanique.